Lardux Films
 /  /  /  / Installations  / Multimédia  / Films de Commande  / Compilations  /  /  / Fictions  / Essais  /

Celui là vous l’avez pas appris à l’école !

2017 , Court Métrage , animation

un film de Ines SEDAN

un court métrage de Ines SEDAN, 6 minutes, produit avec la participation de Arte, du CNC Cosip, de la Procirep et de l’Angoa.

Un jour de 1973 à San Francisco, Charles Bukowski, poète underground et déjà punk avant l’heure, lit le poème LOVE devant une salle
déchainée venue pour assister au spectacle des provocations du poète trash… et pourtant ce jour là ce n’est pas le punk qui apparaît mais un
homme seul, brisé, affamé d’amour et de tendresse…

En écoutant Tom Waits sur youtube, je tombe presque par hasard sur la vidéo d’une lecture de poèmes de Charles Bukowski. C’est une lecture qu’il fait de ses poèmes au City Light Poets Theater à San Francisco en 1973.L’enregistrement sonore de la lecture est assez amusant, il fait le rude, le punk, il fait des pauses pour prendre des bières, le public lui crie dessus, c’est le personnage de Charles Bukowski, l’écrivain cynique et vulgaire, dans toute son splendeur. Mais, au moment ou il lit son poème « Love », avec sa voix grave et pesante - ce poème parle d’un homme blasé par l’amour qui va se suicider - la faille de Bukowski apparait à la surface, lui saute à la figure. Il s’aperçoit alors qu’il est en train de montrer au public sa fragilité et par peur de ça, il interrompt son poème plusieurs fois, en rotant ou en faisant des blagues Malgré ça, le Bukowski sensible est là.

Soudain, l’idée de faire un film sur cet autre Bukowski, ce Bukowski brisé, est née dans ma tête.En récupérant les images d’archives de ce moment là et après les avoir modifiées et retouchées par la peinture et l’animation, j’arriverai à montrer ce qu’on ne voit pas, ce côte sombre, ce désespoir atroce qui l’amène a se consoler avec l’alcool pour faire face à sa solitude. Une solitude désolante qui se projette immédiatement en moi et très cer- tainement, dans la plupart des gens de notre époque.Je rajouterai d’autres morceaux d’enregistrements sonores de Bukowski, en faisant un patchwork sonore de sa voix pour faire ressortir l’âme brisée de Bukowski.

LOVE, he said sera un film hybride, qui fera des aller-retours entre le poème visuel et le documentaire peint, une charnière entre le monde surréel et le réel, une espèce de porte qui s’ouvre et qui invite le spectateur à aller plus loin, vers l’âme de cet écrivain contestataire, mais affamé d’amour, comme la plupart d’entre nous.