High tech – Low tech

Astronome Gastronome, c’est aussi une rencontre entre le loin et le proche, l’infiniment grand et le minuscule, la haute technologie et la modestie des moyens. En effet, les images astronomiques nous parviennent grâce à la très haute technologie de télescopes scrutant l’univers depuis l’espace sur toute la longueur du spectre lumineux, alors que les images de cette série sont fabriquées à partir d’objets très ordinaires, comme des oeufs, de la crème, de la gelée, du sucre, des crêpes, des légumes et autres aliments de notre quotidien, mis en scène pour ressembler aux images astronomiques de l’univers.

Le commentaire

Le commentaire est écrit par Geneviève Anhoury à partir d’entretiens avec plusieurs scientifiques du domaine de l’astrophysique. Chaque astrophysicien valide en amont la ressemblance des images de nourriture mise en scène pour ressembler aux images d’astronomie puis les commente comme si elles lui parvenaient d’un télescope spatial ou comme s’il voyageait sur une sonde dans l’univers.

Le commentaire raconte à travers la voix de Juliette Arnaud donc de véritables histoires d’astrophysique, et décrit, chiffres à l’appui, des phénomènes cosmiques. Un décalage amusant devrait naître de la solide véracité du commentaire face aux images de nourriture, puisque malgré nos efforts pour faire oublier au spectateur qu’il regarde de la nourriture, j’imagine qu’il ou elle ne pourra s’empêcher de se prendre au jeu de l’identification des aliments et de leur métamorphose.
Certains commentaires qui traitent plus précisément de sujets comme la conquête spatiale sont écrits à partir d’entretiens avec l’astrophysicien Jean-Pierre Bibring. Je m’entretiendrai avec l’astrophysicien Hubert Reeves pour l’histoire de l’univers dans son ensemble, avec l’astronome Fatoumata Kébé pour la question des débris spatiaux, avec Anne-Marie Lagrange pour les exo-planètes, avec Sébastien Charnoz pour le système solaire (voir pilote),
etc.

1 2